Les feuilles d’Olivier (archive du blog)

17 septembre 2007

S’assoir aussi où on peut

Classé dans : peinture — wolivié @ 11:40

Quoique membre actif de la brigade de l’art et du cochon, j’ai toujours trouvé un strapontin pour voir le spectacle quand même.

Ainsi, entre Bu bu et Rouault, y-avait de la place.

clowns.jpg

je me suis posé et j’ai réfléchi…

clown.jpg

Ma réflexion (huile sur toile 1967)

Plus tard, entre gna gna et de Staêl, je voulais pas qu’on pique mon parasol.

bord-de-mer.jpg

Je me suis carrément fâché

et-toc.jpg

et toc (huile sur toile 1995)

Il serait temps que je réserve ma place.

bonus et essplication

5 septembre 2007

Double face 1

Classé dans : silences, peinture — wolivié @ 17:08

“Leurs veines étaient bleues, leur sang était rouge et leurs larmes avaient un goût salé.”
Alain Korkos

Comme le veut l’achronologie de la toile, dans Double face 2, le 5 août, je vous racontais combien j’avais fourré mon nez dans la misère telle qu’on l’imagine, en N&B… (grillant justement au passage, de 24 heures, héhé, une fois n’est pas coutume, la politesse à Mr Ka)…

misere-3.jpgmisere-2.jpgmisere-1.jpg

Je tiens, en couleur donc, ma promesse d’incursion dans la misère des princes…

prince.jpg

prince-3.jpg

prince11.jpg

Méfiez-vous de la couleur de leurs costumes, leurs veines sont grises, leur sang est
pâle et leurs larmes archi-sèches.

15 août 2007

S D F

Classé dans : semaine sainte, peinture — wolivié @ 8:49

L’homme religieux ne peut que regarder derrière lui son histoire.
Le Juif pour la recoudre, le Chrétien pour la résoudre, Le Musulman pour s’y dissoudre.
Il va bien parce qu’il s’en régale autant qu’il s’en flagelle.

diadie1.jpg

Il va bien, l’homme religieux, car il ne peut que se réjouir de sa complicité diabolique, confortable.
Il est pervers.
Il peut tuer sachant qu’il fait le mal. (C’est d’ailleurs la seule raison de le faire)

Même damné, il restera impuni, puis qu’il a offert sa part de responsabilité en échange d’une simple latitude, portion congrue de liberté.
Une sorte de F2 de la pensée.

Le Juif veut l’aménager, tandis que le Chrétien tente de s’en dégager et que le Musulman ne peut que s’y propager…

Bien sûr que les mots m’amusent, mais je n’ai que cela.
L’homme pas-religieux-du-tout ne peut que regarder devant lui tout court.

Responsable et abîmé. Il va mal.

misere-6.jpg

Parce qu’il s’en fout autant qu’il ne s’amuse pas.

Pauvres peintures. (1966, 1998)… Vous ne pouviez pas savoir ce que je vous mettrai sur le dos !

5 août 2007

double face 2

Classé dans : silences, peinture — wolivié @ 9:43

C’est au nom d’un idéal de pacotille et d’une approche désespérément puérile d’un âge adulte contourné méthodiquement, que J’ai encré, d’un pinceau délicat, tant de nénettes supercanons et superinodores.
Mon silence à moi.

joli1.jpg

Devrais-je en oublier combien j’ai fourré mon nez dans la misère…

misere-3.jpg

Zéro compassion.
(Juste un doigt de miséricorde, un vieux reste, peut-être, de cet
attribut de Dieu, synonyme de clémence envers les pécheurs…)

misere-2.jpg

Oui ça pue.

misere-1.jpg

Mais des flots d’empathie me submergent.
Des torrents de proximité.
Une honte partagée d’exister derrière une façade
que mes minettes blasons n’ont pas su ravaler.

Bâclés et vrais, ceux-là était prolos,
sûrs et certains d’aller mal et de le mériter.

Je vous en montrerai des plus bourges,
de ceux qui manient l’encre de chine,
des cousins en couleur…

princ.jpg

La misère est une grande famille

« Page précédentePage suivante »

Propulsé par WordPress