Les feuilles d’Olivier (archive du blog)

15 août 2007

S D F

Classé dans : semaine sainte, peinture — wolivié @ 8:49

L’homme religieux ne peut que regarder derrière lui son histoire.
Le Juif pour la recoudre, le Chrétien pour la résoudre, Le Musulman pour s’y dissoudre.
Il va bien parce qu’il s’en régale autant qu’il s’en flagelle.

diadie1.jpg

Il va bien, l’homme religieux, car il ne peut que se réjouir de sa complicité diabolique, confortable.
Il est pervers.
Il peut tuer sachant qu’il fait le mal. (C’est d’ailleurs la seule raison de le faire)

Même damné, il restera impuni, puis qu’il a offert sa part de responsabilité en échange d’une simple latitude, portion congrue de liberté.
Une sorte de F2 de la pensée.

Le Juif veut l’aménager, tandis que le Chrétien tente de s’en dégager et que le Musulman ne peut que s’y propager…

Bien sûr que les mots m’amusent, mais je n’ai que cela.
L’homme pas-religieux-du-tout ne peut que regarder devant lui tout court.

Responsable et abîmé. Il va mal.

misere-6.jpg

Parce qu’il s’en fout autant qu’il ne s’amuse pas.

Pauvres peintures. (1966, 1998)… Vous ne pouviez pas savoir ce que je vous mettrai sur le dos !

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Propulsé par WordPress