Les feuilles d’Olivier (archive du blog)

17 novembre 2006

Tant qu’à faire de se taire, autant expliquer…

Classé dans : science, silences, intimité — wolivié @ 10:48

Et si on s’arrêtait un instant pour regarder une image autrement…

Les jours passent. Cliquons. Voici l’instantané.
Regarder les choses en face risquerait-il de nous pousser à l’immobilisme ?

hp39.jpg

On peut se rassurer en mesurant qu’ici, c’est surtout la tresse qui n’entre plus dans la boîte. Elle a dû se former juste après la sortie : Assez vite pour qu’un regret se manifeste à la seconde même de l’échappée. Une première main retient ce qu’une autre semble incapable d’offrir.
Le contenu de la boîte reste en plan, et j’ai bien peur que, si la trajectoire est si courte, c’est juste parce qu’un miroir est dissimulé au creux de la main libre et que ça bloque.

La question est de savoir ce qu’elle comprend déjà, un quelquechose que lui chercherait à découvrir. Cela supposerait qu’ils soient deux.
Je ne le pense pas.
Le passé est obligatoirement féminin et notre gus vient de s’en apercevoir.

Il est bien seul, tout entier.
À la place de la tresse, il voit, c’est probable, dans son reflet, une banane.
La certitude d’être bien coiffé.

hp5.jpg

Ne reste lui qu’à trouver une savane, pour foncer.
Tête baissée, parce que, tant qu’à faire une explication, autant qu’elle soit courte.

2 commentaires »

  1. “Tant qu’à faire” n’est-il pas un barbarisme ou une faute de français ?
    Un intermédiaire entre “autant que faire se peut” et “quant à faire” (qui est l’expression correcte).
    “Tant qu’à faire de se taire” : “quant à s’obliger de se taire” ?
    Chicane ?

    Commentaire par gueydan — 5 novembre 2007 @ 10:48

  2. Point de chicane !!
    “Tant qu’à faire” n’est ni un barbarisme ni une faute de français !
    C’est “le Bon Usage” de Grevisse ( dernière édition) qui me donne raison à…100%

    hé hé !

    Commentaire par wolivié — 9 novembre 2007 @ 8:53

Flux RSS des commentaires de cet article.

Propulsé par WordPress