Les feuilles d’Olivier (archive du blog)

14 mai 2006

Tel est pris…

Classé dans : semaine sainte — wolivié @ 9:42

Parler sans savoir.

Je ne connais pas les chiffres exacts.
Ni le coût de diffusion d’un spot de pub en prime time sur la 2, ni le salaire que demandent les stars pour y apparaître 30 secondes.

Encore moins l’impact sur le prix du produit.
Le café Lavazza étant plutôt bon, j’acceptais donc de participer, certes très modestement à la fortune de Gérard Depardieu.
… Quand la découverte des produits du commerce équitable me conduisit à préférer des cafés censés répartir mes sous selon d’autres valeurs, sûrement plus morales.

Mais voilà.
L’apparition cette semaine de Jean Pierre Coffe sur un écran publicitaire avant 20 heures, vantant le mérite d’un café éthiopien « équitable » me laissa penser qu’on me couillonnait comme d’hab’ et même en pire.

À moins que l’espace publicitaire soit offert gracieusement par la chaîne et le bénévolat de Coffe confirmé, l’entubage du consommateur et du producteur éthiopien est total.

Bon. J’aurais pu me mettre en colère, mais, comme je préfère prendre un petit café tranquille, j’ai longuement regardé ce machin qui traînait encore sur mon bureau.

cool1.jpg

et j’ai fait ça.
kif kif.jpg

Le label Kif Kif était né. Il valait bien plus de 142 heures de silence et des poussières.
Il s’applique bien sûr à nos marchands de café Depardieu et Coffe…
Copie de kif kif 2.jpg
Mais aussi à ces deux-là, par exemple…
kif kif 2 copie.jpg

À noter que Sarkosy est aussi sur le point d’être, avec eux, labellisé” Kif Kif”.

Mais attention! On ne peut pas se servir du label à tout bout de champ.

Ainsi est né le label “Bourricaud”
dentelliere.jpg patience1.jpg Copie de kif kif.jpg

C’est vrai, des fois, je fais pas dans la dentelle.

13 mai 2006

patience

Classé dans : peinture, intimité — wolivié @ 18:41

patience.jpg

J’avais 20 ans, je peignais comme on brode.

6 mai 2006

C’était long ?

Classé dans : science — wolivié @ 10:40

- Cela fait une petite semaine que tu n’as rien écrit ! Ou étais-tu ?
- Effectivement, rien depuis avant-hier.
- Non ; rien depuis mardi et on est samedi.

- J’ai écrit le 2 mai à minuit et le 6, aujourd’hui, à 0 heure.
Il s’est passé 72 heures entre, quelques feuilles froissées.
Si j’avais écrit le 2 à 0 heure et le 6 à minuit, c’est-à-dire dans 24 heures, 5 jours seraient passés, une poubelle pleine.

L’horodatage réinvente la durée dans l’arbitraire, ainsi qu’on le découvre au collège avec ceci.

college.jpg

Après le collège, d’ailleurs, ceux qui ont bien compris le principe l’adaptent au marché du travail.

cool.jpg

Mais revenons à notre comptage de moutons.

Si l’on publie un blog entre 23 heures 50 et 0 heure 10, on prend le fameux risque dit « de Louis et de Paul », jumeaux séparés d’un siècle en raison de la durée de l’accouchement de leur maman qui perdit les eaux le 31 décembre 1899 à 22 heures…Son travail ne dura pourtant que trois heures.

En bref, si on admet que depuis avant-hier, il s’est écoulé une petite semaine (ce qui vient sans doute d’être démontré), on entre dans un bonheur d’élasticité qui pourrait nous permettre de posséder les morceaux de temps à notre guise.

prisedetete.jpg

- À la semaine prochaine !

- Oui, à après-demain OK !…
Ah, au fait, tu penses à ça parce que tu vas avoir soixante ans sous peu

tchao.jpg

- Bof ! Pas avant le prochain semestre !

1 mai 2006

Nouvelle parano 2

Classé dans : nostalgies, intimité — wolivié @ 9:37

L’inadéquation entre le jour qui se lève et l’individu censé le traverser est fréquente.
Carole, avant-hier, à titre d’exemple. La nuit ne lui avait pas porté conseil.
Cela arrive.
Agressée durant son mauvais sommeil par un sophisme de la pire espèce :

1 Le stress est facteur de cancer
2 Le tabac est aussi facteur de cancer
3 Le tabac est un anti-stress notoire

Si on réfléchit…

hp36.jpg

…La conclusion est simple :

Un certain nombre de stressés, en fumant, se délivreraient du risque de cancer lié au stress et, sauvés par la clope, ils viendraient, guéris, équilibrer les statistiques alarmistes.

Mais à l’arrivée de la nouvelle parano 2 « le retour », on ajouta un quatrième terme :
L’éclosion du stress anti-tabac.
Il fait des ravages.

En culpabilisant le fumeur débarrassé de son stress par sa tabagie , il annule les effets thérapeutiques de celui-ci, le replaçant au départ de son processus de guérison .

En affolant le non-fumeur, soudain agressé par le stress lié à la tabagie , il le plonge dans l’univers des métastases, alors qu’il rêvassait, innocent, convaincu depuis des années que l’odeur d’urine des toilettes était mauvaise… et celle de l’Amsterdamer, subtil.

On lui a dit non, c’est le contraire.
Et Albert, le non-fumeur, en stoppant son 4X4 au feu rouge, outre la peur d’être empoisonné par le piéton fumeur qui traverse dans les clous, souffre en plus d’un sentiment de solitude… Pourquoi ?

John, qu’il admire, a refusé son invitation à dîner.
Bill n’est pas venu au vernissage de Bob, et d’ailleurs, y’avait pas du monde comme d’habitude.
À la fête de Tom, presque la moitié des invités s’est barrée vite fait.

Tous poliment disparus.
Tous sans autre motif que de ne pas avoir envie d’être là.
Il manquait ça.

lancel.jpg

Curieux objet posé sur les tables d’hôte (Lancel, années 60), au temps où les gens aimaient être ensemble.

PS : Il n’y aura pas de “nouvelle parano” 3 suite et fin.
Non-fumeurs, je vous aime. Les occasions de nous rencontrer seront rares.
Aimez-les s’il en reste.

« Page précédente

Propulsé par WordPress