Les feuilles d’Olivier

17 avril 2007

Au fait… Je continue.

Classé dans : intimité — wolivié @ 21:01

… c’est l’anniversaire de ce blog. Il a commencé le 17 avril de l’an dernier…
Tout allait bien.

4.jpg

Tout a un peu changé de sens: j’en suis là…

9.jpg

Et ce n’est pas moi qui ferai le premier commentaire !

9 février 2007

Bilan provisoire

Classé dans : intimité — wolivié @ 8:52

Pendant ces deux semaines, j’étais occupé à trier les solitudes possibles…

Je n’en ai trouvé que 2 :

Celle de l’enfance, bruyante.

24.jpg

Et l’autre, moins.

34.jpg

19 janvier 2007

Je n’aime pas me répéter d’autant que je vous avais dit que je n’en parlerai plus.

Classé dans : intimité — wolivié @ 10:05

Alors je ne vous remets que ces deux images.

À partir du 1er février, pour certains d’entre vous,
les occasions de nous rencontrer seront rares.

lancel.jpg

Pour la photo, j’avais laissé la poussière sur ce curieux objet qui trônait toujours sur ma table (Lancel, années 60), au temps où les gens aimaient être ensemble.

Je ne veux plus être ce tueur qui bouche vos artères coronaires en existant à vos côtés.

hp36.jpg

Je ne prenais pas tant de place que ça, pourtant…

Alors voilà.
À partir du 1er février, vous entrerez ici dans un site fumeur.

À vos risques et périls…

17 novembre 2006

Tant qu’à faire de se taire, autant expliquer…

Classé dans : silences, intimité, science — wolivié @ 10:48

Et si on s’arrêtait un instant pour regarder une image autrement…

Les jours passent. Cliquons. Voici l’instantané.
Regarder les choses en face risquerait-il de nous pousser à l’immobilisme ?

hp39.jpg

On peut se rassurer en mesurant qu’ici, c’est surtout la tresse qui n’entre plus dans la boîte. Elle a dû se former juste après la sortie : Assez vite pour qu’un regret se manifeste à la seconde même de l’échappée. Une première main retient ce qu’une autre semble incapable d’offrir.
Le contenu de la boîte reste en plan, et j’ai bien peur que, si la trajectoire est si courte, c’est juste parce qu’un miroir est dissimulé au creux de la main libre et que ça bloque.

La question est de savoir ce qu’elle comprend déjà, un quelquechose que lui chercherait à découvrir. Cela supposerait qu’ils soient deux.
Je ne le pense pas.
Le passé est obligatoirement féminin et notre gus vient de s’en apercevoir.

Il est bien seul, tout entier.
À la place de la tresse, il voit, c’est probable, dans son reflet, une banane.
La certitude d’être bien coiffé.

hp5.jpg

Ne reste lui qu’à trouver une savane, pour foncer.
Tête baissée, parce que, tant qu’à faire une explication, autant qu’elle soit courte.

« Page précédentePage suivante »

Propulsé par WordPress