Les feuilles d'Olivier http://olivier.taffin.net/blog/ Mon, 02 Sep 2013 06:21:50 +0000 http://wordpress.org/?v=2.2.1 en Blog taffin, fin du premier tome. http://olivier.taffin.net/blog//2008/06/01/petit-retour-au-cas-ou/ http://olivier.taffin.net/blog//2008/06/01/petit-retour-au-cas-ou/#comments Sun, 01 Jun 2008 05:41:36 +0000 wolivié http://olivier.taffin.net/blog//2008/06/01/petit-retour-au-cas-ou/ Durant deux années, ce blog, comme une onde, s’est propagé depuis la source à la façon des vagues créées par un caillou tombé dans l’eau. Je l’avais prévu ainsi.
Les ondes se sont éloignées de moi à vitesse constante, de façon concentrique.
Elles se sont éloignées aussi les unes des autres, comme si leur écho ne suffisait pas à me suffire. Elles ont atteint quelque bordure et s’en retournent en s’evanouissant…

OlivierTaffin-009.jpg

Je cherche un caillou pour le second tome.
Un caillou ou un lance-pierre…

]]>
http://olivier.taffin.net/blog//2008/06/01/petit-retour-au-cas-ou/feed/
Plaisir d’amour ne dure qu’un moment… http://olivier.taffin.net/blog//2008/04/04/plaisir-damour/ http://olivier.taffin.net/blog//2008/04/04/plaisir-damour/#comments Fri, 04 Apr 2008 07:37:52 +0000 wolivié http://olivier.taffin.net/blog//2008/04/04/plaisir-damour/ Pour exactement la même raison qui me ferait échanger toute une vidéothèque de Walt Disney contre dix minutes du Roi et l’oiseau, je larguerais toutes les fables de La Fontaine contre ces deux textes de Florian

Le chat et le Miroir

Philosophes hardis, qui passez votre vie
À vouloir expliquer ce qu’on n’explique pas,
Daignez écouter, je vous prie,
Ce trait du plus sage des chats.
Sur une table de toilette
Ce chat aperçut un miroir ;
Il y saute, regarde, et d’abord pense voir
Un de ses frères qui le guette.
Notre chat veut le joindre, il se trouve arrêté.
Surpris, il juge alors la glace transparente,
Et passe de l’autre côté,
Ne trouve rien, revient, et le chat se présente.
Il réfléchit un peu : de peur que l’animal,
Tandis qu’il fait le tour, ne sorte,
Sur le haut du miroir il se met à cheval,
Deux pattes par ici, deux par là ; de la sorte
Partout il pourra le saisir.
Alors, croyant bien le tenir,
Doucement vers la glace il incline la tête,
Aperçoit une oreille, et puis deux… à l’instant,
À droite, à gauche il va jetant
Sa griffe qu’il tient toute prête :
Mais il perd l’équilibre, il tombe et n’a rien pris.
Alors, sans davantage attendre,
Sans chercher plus longtemps ce qu’il ne peut
Comprendre,
Il laisse le miroir et retourne aux souris :
Que m’importe, dit-il, de percer ce mystère ?
Une chose que notre esprit,
Après un long travail, n’entend ni ne saisit,
Ne nous est jamais nécessaire.

florian-1.jpg

La carpe et les carpillons

Prenez garde, mes fils, côtoyez moins le bord,
Suivez le fond de la rivière ;
Craignez la ligne meurtrière,
Ou l’épervier, plus dangereux encor.
C’est ainsi que parlait une carpe de Seine
À de jeunes poissons qui l’écoutaient à peine.
C’était au mois d’avril ; les neiges, les glaçons,
Fondus par les zéphyrs, descendaient des montagnes ;
Le fleuve enflé par eux s’élève à gros bouillons,
Et déborde dans les campagnes.
Ah ! Ah ! Criaient les carpillons,
Qu’en dis-tu, carpe radoteuse ?
Crains-tu pour nous les hameçons ?
Nous voilà citoyens de la mer orageuse ;
Regarde : on ne voit plus que les eaux et le ciel,
Les arbres sont cachés sous l’onde,
Nous sommes les maîtres du monde,
C’est le déluge universel.
Ne croyez pas cela, répond la vieille mère ;
Pour que l’eau se retire il ne faut qu’un instant.
Ne vous éloignez point, et, de peur d’accident,
Suivez, suivez toujours le fond de la rivière.
Bah ! Disent les poissons, tu répètes toujours
Mêmes discours.
Adieu, nous allons voir notre nouveau domaine.
Parlant ainsi, nos étourdis
Sortent tous du lit de la Seine,
Et s’en vont dans les eaux qui couvrent le pays.
Qu’arriva-t-il ? Les eaux se retirèrent,
Et les carpillons demeurèrent ;
Bientôt ils furent pris,
Et frits.
Pourquoi quittaient-ils la rivière ?
Pourquoi ? Je le sais trop, hélas !
C’est qu’on se croit toujours plus sage que sa mère,
C’est qu’on veut sortir de sa sphère,
C’est que… c’est que… je ne finirais pas.

florian-2.jpg

Je ne finirais pas.

]]>
http://olivier.taffin.net/blog//2008/04/04/plaisir-damour/feed/
Je suis toujours là… http://olivier.taffin.net/blog//2008/01/29/je-suis-toujours-la/ http://olivier.taffin.net/blog//2008/01/29/je-suis-toujours-la/#comments Tue, 29 Jan 2008 13:36:47 +0000 wolivié http://olivier.taffin.net/blog//2008/01/29/je-suis-toujours-la/ …quelquechose me retenait
retenu.jpg

]]>
http://olivier.taffin.net/blog//2008/01/29/je-suis-toujours-la/feed/
Reprise de vœux http://olivier.taffin.net/blog//2008/01/13/reprise-de-voeux/ http://olivier.taffin.net/blog//2008/01/13/reprise-de-voeux/#comments Sun, 13 Jan 2008 10:25:15 +0000 wolivié http://olivier.taffin.net/blog//2008/01/13/reprise-de-voeux/ Je suis tombé, par hasard en rangeant, sur un numéro du « Journal de la Haute-Marne”
du 2 janvier 2002.
J’avais profité de ma chronique hebdomadaire (chassée depuis), pour refiler à des milliers de lecteurs ces vœux tous doux.

voeux-2002.jpg

Un peu fanés mais raisonnables, non ?

Si on les compare à ceux que j’ai concoctés ici pour vous il y a quinze jours, on voit bien qu’un monde d’efficacité et d’immédiateté m’a rattrapé.
Il ne m’a pas dévoré… je garde les poings serrés !

2008.jpg

Certes je suis cerné…

2007.jpg

… Mais quand même, si je vous préparais dès aujourd’hui
le grand panier de l’an deux mille n’œuf ” ?

]]>
http://olivier.taffin.net/blog//2008/01/13/reprise-de-voeux/feed/
les vœux les plus smiley font les années les plus clean http://olivier.taffin.net/blog//2008/01/01/les-voeux-les-plus-smiley-font-les-annees-les-plus-clean/ http://olivier.taffin.net/blog//2008/01/01/les-voeux-les-plus-smiley-font-les-annees-les-plus-clean/#comments Tue, 01 Jan 2008 11:54:38 +0000 wolivié http://olivier.taffin.net/blog//2008/01/01/les-voeux-les-plus-smiley-font-les-annees-les-plus-clean/ meilleurs-voeux.jpg

]]>
http://olivier.taffin.net/blog//2008/01/01/les-voeux-les-plus-smiley-font-les-annees-les-plus-clean/feed/
Relais… from Nicolas to the avenir http://olivier.taffin.net/blog//2007/12/22/relais/ http://olivier.taffin.net/blog//2007/12/22/relais/#comments Sat, 22 Dec 2007 18:10:49 +0000 wolivié http://olivier.taffin.net/blog//2007/12/22/relais/ Longtemps, je me suis demandé si j’allais vous caser cette peinture…
Non que l’envie m’en ai manqué, mais quoi dire avec ?

arlequin.jpg

J’ai en effet pris l’habitude, durant plus d’une année et demie, de vous coller de mes images et de les assaisonner de justifications passagères, pertinentes, cavalières ou déprimées…

… et puis voilà, je cale.

Tout ce que cet arlequin semble dire, il le tait.
Tout ce qu’il voudrait vous raconter, il le retient.

Élegant et fragile, à mes côtés, il va se retirer quelques temps.
Si ce n’est pas un calage, c’est au moins une esquive…

Baladez-vous dans ces pages en nous attendant. faites comme si je les datais d’aujourd’hui.

Vous avez 17 minutes pour voir et entendre, ci-dessous, quelquechose que lui et moi, nous aurions du vous chanter.
Mais ce n’est pas notre nature.
Dommage
C’est gros, donc vrai, vulgaire et magique.
Tout ce que nous aimons et que nous ne savons pas faire.

ipad-philippe-starck-ipadd.jpg

]]>
http://olivier.taffin.net/blog//2007/12/22/relais/feed/
Page sans images ? http://olivier.taffin.net/blog//2007/12/15/page-sans-images/ http://olivier.taffin.net/blog//2007/12/15/page-sans-images/#comments Sat, 15 Dec 2007 09:10:32 +0000 wolivié http://olivier.taffin.net/blog//2007/12/15/page-sans-images/ Voici une de mes chroniques publiée le 21 novembre 2000 dans le Journal de la Haute-Marne…

La finale des Dicos de zinc

À la finale des Dicos de zinc, la dictée était délicate, car il fallait connaître quelques mots usuels en Beauf parler, langue très répandue, mais non officielle.

Le Beauf parler, ou Beauf tout court, est une langue en effet très en vogue dans de nombreux pays. Elle a l’avantage d’être universelle et, avec des nuances, de permettre à des idées simples de traverser les frontières, d’acheter du caoutchouc à pneu dans des pays sans voitures, des composants d’ordinateurs dans des pays sans électricité et de déposer l’argent gagné là-bas dans des pays sans scrupule.

Le Beauf se parle surtout dans les buvettes de stade de foot, chez le coiffeur, dans les garages, au comptoir de zinc des troquets et, dans les familles, pendant les pubs à la fin des infos.

Le Beauf permet, par exemple, de ne pas faire l’Europe, de rétablir la peine de mort, de rendre très florissantes les industries d’armement et d’expliquer que les bonnes femmes sont mieux à la cuisine qu’au boulot.

Les mots clefs du Beauf sont :

Ritals, Espingouins, Polaks, Russkofs, Yougos, Bougnoules, Négros, Viets, Chinetoques, Boches et Rosbifs.

Les Ritals se bourrent de pizzas et matent les nanas avant d’en faire des Mamas.

Les Espingouins s’enfilent des tapas à la corrida et des castagnettes au flamenco avant d’aller à confesse.

Les Polaks et les Russkofs descendent vodka sur vodka et juste après, une vodka pour faire passer. Les Yougos préfèrent s’envoyer des pétards, et, juste après, l’ONU pour faire passer.

Les Bougnoules élèvent des moutons dans les ascenseurs, ce qui leur permet d’élever leurs enfants dans les fourgons de CRS.

Les Négros boufferaient bien ma soeur, tous nus avec leurs dents toutes blanches.

Les Viets, congs, en tongs, tapent sur des gongs en attendant leur réincarnation en hamburgers.

Les Chinetoques dévorent les caniches après les avoir noyés dans des rizières.

Les Boches carburent à la saucisse et à la bière dans des bunkers avant, pendant et après les guerres.

Les Rosbifs trempent leurs moustaches rouquines dans le thé à cinq heures, l’essuient sur leur Manche en attendant les obsèques de la Reine-Mère pour faire de l’humour.

C’est un Franchouillard qui donne ces définitions, bien sûr.

Il y a trois sortes de Franchouillards : le Péquenot de campagne, en voie d’extinction, le Banlieusard de cité, qui se multiplie en se colorant et le Parigot tête de veau qui vide les campagnes et colore les banlieues. La rengaine préférée de tout Franchouillard qui se respecte est : « J’suis pas raciste mais faudrait pas oublier les Amerloques ».

Les Amerloques ont inventé la Démocratie-Cholestérol en évinçant Donald pour élire Mickey ou réciproquement et nous exportent la bouffe Dumbo en attendant que leur système politique Rambo soit tout à fait au point.

Fin de la dictée. Zéro fôtes.

On y voit bien tout de même que la notion d’image reste à définir…

]]>
http://olivier.taffin.net/blog//2007/12/15/page-sans-images/feed/
crayon sur papier http://olivier.taffin.net/blog//2007/12/06/crayon-sur-papier/ http://olivier.taffin.net/blog//2007/12/06/crayon-sur-papier/#comments Thu, 06 Dec 2007 09:40:38 +0000 wolivié http://olivier.taffin.net/blog//2007/12/06/crayon-sur-papier/ Le principe était simple :
Même horaire, même papier, même crayon, pas de gomme, pas de projet, zéro idée.
Mes dessins automatiques se levaient chaque matin en même temps que moi.
Je ne les reconnaissais pas, évidemment, le matin, puisque je ne m’étais couché avec eux le soir…

- Bonjour dessin.
- Bonjour.
- Qui es-tu beau dessin qui vient de ma nuit ?
- Euh…

Les conversations étaient brèves.
Pourtant les dessins, bavards.

Je faisais des piles de beaux, des piles de moches.

Le principe était simple : Zéro critère.

La preuve, tous ceux que je vous ai mis jusqu’à présent étaient classés beaux.
Les quatre qui suivent, classés moches…Hé hé.

( mes « Hé hé » ne signifient pas grand chose…mais je trouve qu’ils finissent bien mes phrases : « classés moches. », c’est moins joli que « classés moches…Hé hé. »)

Puisqu’ils étaient classés moches, je ne vais pas leur donner des jolis noms, ça va les faire taire.

Voici : « Direction de l’UMP » (le pire)

cm1.jpg

Voici : « Création du Modem » (moins grave ?)

cm2.jpg

Voici : « Dissensions au PS » (pas brillant)

cm4.jpg

C’est bête que je vous aie donné des noms avant… D’abord, parce que ça les rend drôles alors qu’ils ne le sont pas du tout.
Ensuite, parce que vous avez pensé :
- Ah ! Bien fait pour eux ! C’est rien que de la politique ! Ils étaient bien dans la pile des moches !
Enfin parce qu’ils n’ont plus rien à dire.

Je les aurais appelés « crayon sur papier numéro 34 », crayon sur papier numéro 56 »,
crayon sur papier numéro 78 », vous n’auriez rien pensé du tout ! Ils vous auraient tout raconté les bavards.
Le drame c’est que maintenant c’est foutu !

Même si je vous mets celui-ci.

cm3.jpg

Automatique. Vous pensez quelque chose comme « Et Besancenot dans tout ça ? »
Alors que pas du tout, c’est « crayon sur papier numéro 910, Hé-hé ! »

Mais c’est trop tard…

Quand la carpe a vu l’hameçon, pour la choper, mon cul Paul !

]]>
http://olivier.taffin.net/blog//2007/12/06/crayon-sur-papier/feed/
La théorie du sac de nœuds et des deux flacons http://olivier.taffin.net/blog//2007/11/29/la-theorie-du-sac-de-noeuds-et-des-deux-flacons/ http://olivier.taffin.net/blog//2007/11/29/la-theorie-du-sac-de-noeuds-et-des-deux-flacons/#comments Thu, 29 Nov 2007 10:03:49 +0000 wolivié http://olivier.taffin.net/blog//2007/11/29/la-theorie-du-sac-de-noeuds-et-des-deux-flacons/ Attention, elle est toute nouvelle !

Prenons 2 flacons et un sac de nœuds.
Les deux flacons sont en apparence identiques et très schématisés.
(C’est près du téléphone que la théorie des sacs de nœuds
et des deux flacons a été gribouillée pour la première fois )

theorie1.jpg

note : Un flacon n’est pas une bouteille, car son goulot est beaucoup plus variable, voici quelques exemples pour les petits….

flacons.jpg

(… Pourvu qu’on aboutisse à la théorie susnommée.)

Revenons à l’âge adulte.

Introduisons le sac de nœud dans un premier flacon.
C’est le cas numéro 1, le sac de nœud ne passe pas :

theorie2.jpg

On dira qu’il y a « prise de tête. »

La raison est l’étranglement du goulot.

Introduisons le sac de nœuds dans un second flacon.
C’est le cas numéro 2, le sac de nœuds passe tout seul:

theorie3.jpg

On dira qu’il a « Glouglou, Miam miam »

La raison est également l’étranglement du goulot.

Tout cela serait bien banal, limite rigolo, si nous n’étions pas (littéralement) plongés au cœur d’un drame.
Tandis que tout le monde est au boulot, l’artiste est au goulot.
Je ne parle pas de sa capacité à la picole, également partagée, mais, on l’aura compris à l’aide des croquis, du choix masculin-féminin en art.

Dans ce cas Taffin numéro 1, (huile sur toile 1993)

misere-4.jpg

Le sac de nœuds est bien resté coincé. Il s’agit d’art masculin :
compact, limite bourratif,
Acre limite amer,
Empoté, limite immobile,

Dans cet autre cas Taffin numéro 2 ( dessin automatique,2004)

joli2.jpg

Le sac de nœuds a glissé tout seul. Il s’agit donc d’art féminin :

Aérien limite planant,
Allégé limite Bio,
Mouvant limite éphémère…


On constate dans ces 2 exemples que la théorie du sac de nœuds et des deux flacons ne sert strictement à rien.

Il faudrait supprimer le sac de nœuds…
Mais on ne peut pas :
Sans une « prise de tête » ou un « Glou glou Miam miam »,
un flacon a vraiment l’air très con.

Certes, des théories contradictoires existent…

Très contestables comme celle-ci, qui aboutit au cas Taffin 3, ci dessous.
De prime abord on peut penser qu’elle a résolu la problématique…

theorie4.jpg

Mais non !
Remplacer les flacons par des verres à pied et les faire passer dans le sac de nœuds est, certes, possible…

Mais les verres à pied n’ont pas de goulot !

]]>
http://olivier.taffin.net/blog//2007/11/29/la-theorie-du-sac-de-noeuds-et-des-deux-flacons/feed/
Fond de cantine http://olivier.taffin.net/blog//2007/11/22/le-chouchou/ http://olivier.taffin.net/blog//2007/11/22/le-chouchou/#comments Thu, 22 Nov 2007 19:17:48 +0000 wolivié http://olivier.taffin.net/blog//2007/11/22/le-chouchou/ Dans notre classe, au collège, il y un petit nouveau, au fond, près du radiateur. Depuis qu’il est arrivé, il se passe plein de trucs bizarres, même dans nos petites têtes…

bon-eleve-2.jpg

Vendredi, quand le professeur de français est entré dans la classe, il nous a fait une leçon de conjugaison :
« Je suis chrétien, tu es musulman, il est juif, nous nous détestons, vous en aurez la preuve, ils vont s’entre-déchirer. »
Le petit nouveau s’est complètement trompé. Il a écrit :
« Je ne suis pas chrétien, tu n’es pas musulman, il n’est pas juif, nous nous aimons, vous en aurez la preuve, ils vont vivre en paix »…
Pourtant, le prof a dit que c’était bon quand même.

Ensuite, quand le professeur de maths est entré dans la classe, il nous a posé une interrogation surprise :
soit trois individus sympathiques et trois jolies villes ensoleillées. Dans combien de villes ces individus vont-ils s’installer ?
Le petit nouveau, qui est aussi bon en mathématiques qu’en français, a répondu :
« Dans une seule, tous les trois dans la même ».

À la question subsidiaire : en combien de temps les individus vont-ils perdre une partie de leur capital sympathie et transformer cette ville en un sombre territoire de haine et de malheur ?
Le petit nouveau a répondu : « Tout de suite immédiatement ».
Il a encore eu tout bon.

En troisième heure, quand le professeur de langues est entré dans la classe, il nous a fait une leçon de vocabulaire : il a demandé d’épeler le nom russe de ce qui peut entrer et être entendu aussi bien dans une église que dans une mosquée ou une synagogue. On a bien compris que c’était d’un machin du ciel, en russe, qu’il voulait parler, mais personne n’a su répondre…
« Ka-la-che-ni-kof ? » a alors suggéré le petit nouveau.

Il a pris aussi sec deux heures de colle pour mauvais esprit !

Mais… C’est drôle, on aurait dit que le nouveau et le prof se marraient…

Enfin, quand le professeur de physique-chimie est entré dans la classe, il nous a demandé de citer les différents états de la matière qu’on connaissait.
Christian, Ramdam et Élie ont répondu : « l’état solide, l’état gazeux, l’état liquide et l’état de Grâce Divine… »

Le petit nouveau, qui ne connaissait pourtant pas le dernier, a eu une meilleure note.

Et puis, à midi à la cantine, au premier et au deuxième service, Ramdam, Élie et Christian se sont bagarrés pour des histoires de charcuterie et de poisson.

On s’est d’ailleurs tous foutu sur la gueule.

Sauf le chouchou, le nouveau, le petit, près du radiateur du fond.

bon-eleve-1.jpg

Il prenait le thé avec les profs…Ils n’avaient mangé ni au premier, ni au deuxième service. Ils étaient là, tranquilles, ils faisaient gaffe, autour du service athée, en porcelaine, fragile.

]]>
http://olivier.taffin.net/blog//2007/11/22/le-chouchou/feed/