Les feuilles d’Olivier (archive du blog)

1 juin 2008

Blog taffin, fin du premier tome.

Classé dans : nostalgies — wolivié @ 6:41

Durant deux années, ce blog, comme une onde, s’est propagé depuis la source à la façon des vagues créées par un caillou tombé dans l’eau. Je l’avais prévu ainsi.
Les ondes se sont éloignées de moi à vitesse constante, de façon concentrique.
Elles se sont éloignées aussi les unes des autres, comme si leur écho ne suffisait pas à me suffire. Elles ont atteint quelque bordure et s’en retournent en s’evanouissant…

OlivierTaffin-009.jpg

Je cherche un caillou pour le second tome.
Un caillou ou un lance-pierre…

29 janvier 2008

Je suis toujours là…

Classé dans : nostalgies — wolivié @ 14:36

…quelquechose me retenait
retenu.jpg

6 octobre 2007

Projection privée

Classé dans : peinture, nostalgies — wolivié @ 9:58

Dans la série « Mais oui, j’ai beaucoup peint, et alors ? »,
il m’arrivait de rêver que j’approchais des princesses et, que n’osant leur demander
de poser pour un portrait officiel, je me dépêchais de les croquer de profil.

princesse.jpg

Il m’arrivait de vénérer des sages imaginaires et de transcrire leurs enseignements que
je pouvais seul traduire, pour être sûr qu’aucun gourou ne se frotterai à moi.

buddda.jpg

Il m’arrivait d’avoir peur si peur d’un beauf que je lui offrais un verre en espérant qu’il ne
remettrait pas sa tournée.

revolte-1.jpg

Bref, j’ai beaucoup peint surtout pour m’éloigner des gens un peu.

Ils sont tous aujourd’hui derrière la toile, sur les lieux de tournages.
Ils y attendent peut-être leur cachet de figurant .

Moi je suis passé dans la salle. Il y fait noir et ils ne me reconnaîtront pas.
C’est l’entracte.
La preuve… L’ouvreuse s’approche, elle attend toujours son pourboire.

misere-5.jpg

Au fait, les ouvreuses, y-en a encore dans les cinoches ?

…Alors !? La salle aussi, elle serait dans le Film ??

28 septembre 2007

Faudra que je me rachète des tubes…

Classé dans : nostalgies, peinture — wolivié @ 9:44

Parce que je ne suis pas certain d’avoir envie, dans ces pages, de raconter ma vie, j’ai longtemps hésité à vous coller ma première huile sur toile, vendue en 1963 à une jeune américaine, notre voisine au Vésinet.
Son père, colonel au SHAPE rembarqua toute sa famille et mon tableau quand De Gaulle vira les amerloques.
J’étais fier de cet achat en petit dollars, quoique je pensais que la fifille l’avait acheté
autant pour le joli petit peintre que par amour de l’art.

D’eux, il ne me reste que l’odeur de beurre de cacahuète dans la cuisine.
Je ne me rappelle même plus du nom de ma mécène de 18 ans et il en serait de même pour la toile si je n’avais pas pris cette photo.
Je me connais : j’avais posé devant ma première sculpture, sûrement pour cacher l’aisselle que j’avais ratée.

senbon.jpg

Immobilisé par un petit traumatisme crânien, j’avais acheté trois tubes de marron et un de Blanc de zinc.
Putain d’odeur géniale !

(…)

Trente ans plus tard, j’ai fait quelques acryliques. Des grands formats, très vite parce que ça sentait pas bon.

mamma.jpg

( Je n’ai pas mis de sculpture devant l’aisselle car je la trouve pas mal )

(…)

Il y a quatre jour, zonant devant mon ordi, j’ai bricolé un mime Marceau…

hier.jpg

J’ai retiré la page parce qu’elle ne sentait rien du tout.

Page suivante »

Propulsé par WordPress