Les feuilles d’Olivier

5 août 2007

double face 2

Classé dans : peinture, silences — wolivié @ 9:43

C’est au nom d’un idéal de pacotille et d’une approche désespérément puérile d’un âge adulte contourné méthodiquement, que J’ai encré, d’un pinceau délicat, tant de nénettes supercanons et superinodores.
Mon silence à moi.

joli1.jpg

Devrais-je en oublier combien j’ai fourré mon nez dans la misère…

misere-3.jpg

Zéro compassion.
(Juste un doigt de miséricorde, un vieux reste, peut-être, de cet
attribut de Dieu, synonyme de clémence envers les pécheurs…)

misere-2.jpg

Oui ça pue.

misere-1.jpg

Mais des flots d’empathie me submergent.
Des torrents de proximité.
Une honte partagée d’exister derrière une façade
que mes minettes blasons n’ont pas su ravaler.

Bâclés et vrais, ceux-là était prolos,
sûrs et certains d’aller mal et de le mériter.

Je vous en montrerai des plus bourges,
de ceux qui manient l’encre de chine,
des cousins en couleur…

princ.jpg

La misère est une grande famille

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

*
Pour prouver que vous n'êtes pas un bot, recopiez le code ci-dessous
Anti-Spam Image

Propulsé par WordPress