Les feuilles d’Olivier

29 mars 2007

Synthol

Classé dans : réédition — wolivié @ 14:43

J’avais l’idée de bavarder avec des Japonais, j’avais quelque chose à leur dire.
Sur Ozu surtout.
Je croyais avoir de quoi leur causer.
Les bases au moins.

1.jpg

J’étais prêt.

Mais quand j’ai reçu ça…

scrittu1.jpg

Et que j’ai voulu répondre…
Bien sûr que je me suis tordu la cheville.

15 mars 2007

Japon et diététique

Classé dans : S'assoir où j'aimais — wolivié @ 16:00

Un admirateur éclairé d’estampes japonaises, que je viens d’avoir le plaisir de visiter, me suggère, en commentaire, de me retenir encore et fort d’aborder la politique.
Je le remercie.
J’ai bien failli.
J’ai encore le temps et pas tout à fait l’envie.

Je lui offre même la seule estampe nipponne friponne que j’ai jamais commise, en guise de mise en bouche au livre « La table chaude » que j’ai écrit sous le nom de Nestor Jean et illustré sous celui d’Olivia T’hee.
On ne peut plus guère le trouver en librairie…
Il est composé d’une série de recettes originales et (sauf celle-ci) diététiques.
Me le commander si l’on veut. Ici.

&.jpg
11.jpg
&&.jpg

7 mars 2007

Un blog presque pas fini

Classé dans : peinture — wolivié @ 9:29

Si les vacances existent, elles doivent ressembler à ceci.

peint.jpg

Une sorte de mouvement lent au bord de la grâce, un pied dans l’ennui.
À peine loin.
Je n’y étais pas.

Non. Si je vous fais ce trip, c’est que depuis près de trois semaines,
je me demande ce que je fous sur le net.
Drôle de plage. Une sorte de grève.
Comme sur cette toile, je m’y vois de dos.
Au piquet.
1988

Alors je vous mets une image de celle qui ne part pas.
Peinte en marge des désirs, comme un rappel à l’ordre.
La jeune fille au petit-déjeuner.
Triste vraie et simple.
Restée en banlieue.
1989

peint 2.jpg

Ma vie de peintre, faite de périodes brèves, en saccades, m’a révélé au moins mon envie de cesser de rêver la peinture.
Au moins provisoirement.

Mais vous ne souhaitez tout de même pas que je vous parle des présidentielles !

Propulsé par WordPress