Les feuilles d’Olivier

26 novembre 2006

Zéro gagnant au concours

Classé dans : semaine sainte — wolivié @ 10:50

Pressurez sur la cliquette !

hp16.jpg

19 novembre 2006

Haut vol sur basse-cour

Classé dans : semaine sainte — wolivié @ 18:04

« Le Livre de la jungle, de l’usine Walt Disney, est une pure ignominie parce qu’il est d’une totale bassesse. Parfaitement : Un dessin animé peut se révéler non seulement abêtissant, mais avilissant. Celui-là, par exemple. Que l’usine Walt Disney fasse ses gros besoins sur Perrault ou Grimm, Lewis Carroll ou Swift passe encore. Chez Perrault ou Grimm, Lewis Carroll ou Swift, il y a assez d’acide naturel pour dissoudre la sucrerie poisseuse, les rosâtres guimauves d’une moralisation bêlante, dont Walt Disney nappe, à grandes louchées, leurs histoires amères. Pas chez Kipling– surtout pas celui du Livre de la jungle. Chef d’œuvre de tendresse fragile et de poésie enfantine – dans le sens où enfance signifie innocence sérieuse, délicatesse primitive, pudeur craintive. Le furtif et l’effarouchable. Ce qu’il en reste après le passage des bulldozers de la grande fabrique glace le sang. Tout est ruine et deuil, ricanement et sottise satisfaite. » …
(décembre 68)

Celui qui luttait, semaine après semaine, pour ce qu’il appelait le cinéma « debout » contre le cinéma « vautré », n’est plus de ce monde et ses fils ont tété trop longtemps un biberon rempli de cette rosâtre et poisseuse guimauve pour s’interposer, au bas des marches du Grand Palais, et tenter d’empêcher la suite de la débâcle, au nom du Roi (et de l’oiseau)…

Alors je vous fais un vieux jeu concours ringard anti-virus
qui va me coûter 15 euros:

Celui ou celle qui me donnera, en premier commentaire, le nom de l’auteur de ce petit pavé recevra « Chanson ou pas » le second album de Juja Lula.

Ce sera bien fait.

Allez, Jeanne, et tu sais, moi aussi, j’ai pêché mignon.

clo 2.jpg

Mais je t’épargne les couleurs.

17 novembre 2006

Tant qu’à faire de se taire, autant expliquer…

Classé dans : silences, intimité, science — wolivié @ 10:48

Et si on s’arrêtait un instant pour regarder une image autrement…

Les jours passent. Cliquons. Voici l’instantané.
Regarder les choses en face risquerait-il de nous pousser à l’immobilisme ?

hp39.jpg

On peut se rassurer en mesurant qu’ici, c’est surtout la tresse qui n’entre plus dans la boîte. Elle a dû se former juste après la sortie : Assez vite pour qu’un regret se manifeste à la seconde même de l’échappée. Une première main retient ce qu’une autre semble incapable d’offrir.
Le contenu de la boîte reste en plan, et j’ai bien peur que, si la trajectoire est si courte, c’est juste parce qu’un miroir est dissimulé au creux de la main libre et que ça bloque.

La question est de savoir ce qu’elle comprend déjà, un quelquechose que lui chercherait à découvrir. Cela supposerait qu’ils soient deux.
Je ne le pense pas.
Le passé est obligatoirement féminin et notre gus vient de s’en apercevoir.

Il est bien seul, tout entier.
À la place de la tresse, il voit, c’est probable, dans son reflet, une banane.
La certitude d’être bien coiffé.

hp5.jpg

Ne reste lui qu’à trouver une savane, pour foncer.
Tête baissée, parce que, tant qu’à faire une explication, autant qu’elle soit courte.

11 novembre 2006

French cheese store

Classé dans : S'assoir où j'aimais, science — wolivié @ 19:02

Hello,
I wrote these three words « French cheese store », just to meet you…
I don’t have anything to sell.
Especially no cheese.
Just pleasure of imagining you reading some of these pages.
I could have written « hard video sex » or « stupid iraq war »…
You would have been more numerous !
I prefer your simple visit.
Good appetite !

from.jpg

…and thank you Google !
Google translator, for you to read easily this message…
& Google Analytics, for me to know from were,
at what time and how long you came on this ” french artist blog”.
hi hi

Page suivante »

Propulsé par WordPress